Text. - Andy Simon Studio, Photographe, retoucheur et artiste

Text.


Andy Simon explore la mémoire du futur, de ce qui n’existe peut-être pas encore, des êtres mutants, des observatoires au bout du monde, futuristes, des paraboles qui scrutent l’origine de l’univers, la musique des sphères. Mais assemblant des imageries connues, actuelles, il laisse entrevoir ce que sera la mémoire à venir, par le biais d’une science-fiction métabolisée. Ce que cela fait de sentir le futur déjà en nous et il offre, par ce biais, le tableau d’une humanité au bord du gouffre, tournée vers d’autres galaxies, se demandant s’il faut y aller.

- Pierre Hemptinne | PointCulture.be


Andy Simon installe dans l’espace des images qui en apparence découlent d’univers incompatibles. Des architectures isolées dans une nature aride, des visions spatiales ou de robotique que le photographe glane et agence pour créer lentement un seul monde aux allures étrangement futuristes. Les liens subjectifs, construits par l’artiste grâce à son médium, nous transportent sur des terres lointaines dépourvues de présence humaine. 
Une assemblées, ses images imprimées ou projetées ont le pouvoir soit de nous fasciner soit de nous hanter. Toutefois, Andy Simon nous parle bien de nature humaine et de son impact sur la Terre. Ces lieux, ces matières, ces lumières sont certes de temps à autre contrefaits mais à bien les regarder, ils ne sont plus si retirés.





- Secteur Art Plastique Hainaut.



Compositions irréprochables, palette de couleurs extrêmement soignée, sujets intrigants : la première approche du travail du jeune photographe Andy Simon évoque de prime abord un travail très minutieux. De surcroît, lorsque l’on s’y attarde un peu plus longuement, on constate que ces clichés débordent d’énigmes...

L’univers de ces images est pratiquement parallèle : l’absence chronique de défauts va jusqu’à générer en premier lieu un malaise inexplicable chez le spectateur. C’est presque pour se rassurer que l’on guette, en vain, une trace du réel dans ces images chimériques. Voilà principalement ce qui est déroutant : ici, nulle trace d’humanité. C’est donc au-delà de cette dernière que semble vouloir nous emmener Andy Simon… En effet, les scènes aseptisées qui nous sont présentées cachent une myriade de messages ésotériques, que l’on ne peut s’empêcher de tenter de déchiffrer.


Spécifiquement dans cette série intitulée “Outre.”, le spectateur est confronté au dépassement des barrières du conscient et de l’inconscient, afin de saisir le sens de ces images. Il semble également que les solutions de ces casse-têtes illusoires soient propres à chaque individu. C’est d’autant plus intéressant de pouvoir en débattre par la suite. On s’apprête donc à vivre une promenade dans les méandres de l’esprit, si on désire effectivement s’attarder à chaque couche du travail de ce photographe. Néanmoins, on peut tout aussi bien se contenter de profiter de l’esthétique particulièrement léchée de cette série d’images plus étranges et insondables les unes que les autres...
 Andy Simon est un photographe belge originaire de Tournai, il a étudié la photographie de nombreuses années, notamment à l’institut Saint-Luc de Ramegnies-Chin, avant d’entamer des études supérieures à l’Erg de Bruxelles. Indépendamment de son projet “Outre.” présenté ci-dessus, il travaille actuellement sur une série de photographies qui recense les terrains de balle pelote (dits “ballodromes”) délaissés un peu partout en Belgique. Plus accessible, ce sujet a pour ambition de dénoncer l’abandon progressif de ce sport ainsi que du folklore qui l’entoure, étant donné son manque de subvention et de représentation dans les médias.





- Ariane Peltier